Au fil des backwaters

Au fil des backwaters

Sur les conseils d’Edwin, nous décidons de visiter les backwaters depuis Kochi et non depuis Alapuzzha, comme nous l’avions prévu. Nous nous laissons guider pour une journée entière dans un environnement totalement différent à la fois de la ville que nous venons de découvrir et de ce que nous connaissons, une plongée dans un paysage typique du Kérala… Les backwaters ce sont des lagunes, des lacs et des bras de rivières qui forment un réseau de grands et petits canaux, naturels ou artificiels, isolés de la mer d’Oman par une digue naturelle. Un lieu de pêche mais aussi de circulation intense de marchandises et maintenant… de touristes !

 

Départ à 8 heures pour quitter la ville et descendre à quelques kilomètres plus au sud, dans un taxi qui utilise environ 45 fois son klaxon en 5 minutes (compte fait par Solal, vérifié par Olivier). Le trajet nous permet de découvrir la ville au moment du pic de trafic : camions, bus scolaires, motos chargées de familles entières, écoliers et travailleurs à pied ou en vélo, nids de poule, chèvres et vaches se partagent la voie… sans parler des embardées nécessaires en raison des trous dans la chaussée, des inondations locales ou tout simplement de l’absence de voirie ! Après une heure d’un voyage captivant, nous sortons un peu froissés du taxi, au milieu d’une jungle luxuriante et humide. Un groupe d’une quinzaine de touristes (Suisses, Français, Anglais) se forme autour d’un guide Indien qui nous conseille d’acheter des bouteilles d’eau car, lors de cette croisière, il n’y aura « no shop, no restaurant, no market« . Le ton est donné : il va faire chaud, très chaud, et nous serons loin de la civilisation… c’est parti !

Nous montons à 7 sur un kettuvalam, petit bateau traditionnellement voué au transport des marchandises sur les backwaters. Sur ces bateaux, aucun clou : les pans de bois sont noués entre eux par des cordes en coir, fibre de noix de coco très utilisée dans la région. Avec un immense bambou, un conducteur nous fait glisser sur l’eau calme des backwaters, et nous rejoignons très vite des canaux ombragés longeant des fermes espacées au milieu d’une végétation luxuriante.

 

Dans ce cadre incroyable, nous observons les femmes battre leur linge, les canards s’ébrouer, les nénuphars s’ouvrir et les cocotiers former une canopée dentelée au-dessus de l’eau verte. Notre guide nous apprend à ouvrir l’œil : bananiers, amandiers, cacaotiers, ananas sauvages, cormorans, martin pêcheurs…

Premier arrêt dans une ferme qui produit des épices. Notre guide nous aide à reconnaître les graines du poivre et du café, les feuilles du gingembre, de la vanille, des beedies, le fruit du muscadier, de la passion et de la papaye. Nous goûtons le grain piquant du poivre encore vert, sentons les feuilles du citronnier et de la cannelle… Solal échappe à la chute d’une noix de coco mure tandis qu’Armand en découvre une en train de germer. Nous sommes bien au Kérala, le « pays des cocotiers » dans la langue locale (le malayalam). Promenade sensorielle dans la chaleur moite de la campagne hirsute et sauvage de l’Inde du sud.

 

De retour à notre point de départ, nous rejoignons une autre embarcation, un plus grand bateau appelé houseboat, qui a l’avantage d’être couvert et d’offrir des sièges allongés… Protégés du soleil, nous nous laissons acheminer, toujours à la force des bras, jusqu’à notre repas. Servi sur des feuilles de bananiers, nous goûtons à un festin typiquement kéralais, végétarien, savoureux… et épicé ! Sous le toit en tôle, il nous faut accepter la chaleur et la sueur qui coule dans notre dos.

La suite se fait au rythme lent du houseboat : femmes se lavant dans le fleuve, mouvement des pêcheurs levant leurs filets, vol d’ibis, cris d’oiseaux et croassement des grenouilles. Beaucoup se laissent bercer et siestent, d’autres lisent, photographient ou font connaissance… Une pensée pour Marie-Jo, sage-femme suisse, qui nous raconte ses expériences de voyage en Chine, en Inde et en Afrique. Pour Denise et Francie, sœurs anglaises qui viennent chaque année en vacances en Inde. Pour ces 2 étudiants en commerce qui profitent d’un projet de fin d’étude sur les épices pour s’en mettre plein les papilles et les mirettes !

 

Avant la fin de notre excursion, petite halte à une corderie de coir, où nous assistons à une démonstration de filage de la fibre de noix de coco, à la main. Aujourd’hui, le processus est mécanisé mais le principe est le même : faire rouler la fibre entre ses mains pour former la corde. Simple et très résistante. Nous regagnons ensuite la terre ferme et notre taxi pour une nouvelle épopée sur les routes de Kochi et sa région. Celle-ci se termine par un incident qui ne réveille même pas Ernest ! La voiture freine brutalement pour éviter d’un côté un vélo, de l’autre un scooter… Olivier, qui est au premières loges, voit très bien la chèvre percutée passer sous la voiture, puis sortir en courant sur le trottoir, un peu sonnée… Même pas mal !

Le soir, tout groggy de ce voyage entre la bouillonnante ville et les foisonnants backwaters, nous goûtons la cuisine kéralaise de Shirley, notre hôtesse. Délicieuse cerise sur le gâteau à l’issue de cette incroyable journée !

8 Replies to “Au fil des backwaters”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :